3 mai 2017
France : Cattenom :
La non-conformité d’une pompe du circuit d’injection
du réacteur 2 vient d’être détectée

3 mai 2017

Alors que le réacteur 2 de la centrale est à l’arrêt pour maintenance, un défaut sur une pompe du circuit d’injection de secours a été détecté le 27 avril 2017. Ce circuit assure le refroidissement du cœur du réacteur en cas d’accident nucléaire. Étant donné que ce défaut n’a pas été détecté depuis les dernières opérations de maintenance qui remontent à 2008, le délai de sa détection est largement supérieur à celui prévu par les règles générales d’exploitation. L’évènement, significatif pour la sûreté, vient d’être déclaré et a été classé au niveau 1.

Ce que dit EDF :

Le 04/05/17

Non-conformité du dispositif de graissage d’une pompe sur l’unité de production n°2

Le 27 avril 2017, les équipes de la centrale de Cattenom ont identifié un défaut sur le dispositif de graissage d’une pompe située sur un des 2 circuits d’injection de secours (1) de l’unité de production n°2, en arrêt programmé pour maintenance et renouvellement partiel du combustible depuis le 18 février 2017.

Dès la détection de cette anomalie, les équipes de la centrale ont entamé les travaux de remise en conformité du dispositif. Bien que les essais périodiques réalisés antérieurement aient toujours été positifs, cette situation ne nous permettait pas de garantir le bon fonctionnement de la pompe dans la durée comme prévu dans les différents scénarios étudiés à la conception, la pompe a donc été mise en indisponibilité par mesure de prévention. L’événement n’a eu aucun impact sur la sûreté des installations car la fonction d’injection était assurée par une deuxième pompe redondante.

Le délai de détection de l’événement étant évalué rétrospectivement supérieur à ce qui est défini dans nos règles d’exploitation (dernière grosse opération de maintenance réalisée en 2008), la direction de la centrale a déclaré le 3 mai 2017, à l’Autorité de Sûreté Nucléaire un événement significatif sûreté de niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

note
(1) Ce circuit appelé circuit d’injection de sécurité permet, en cas d’accident, d’introduire de l’eau borée dans le circuit primaire du réacteur afin d’assurer le refroidissement du cœur.